• Jusqu'à -70% du neufJusqu'à -70% du neuf
  • Livraison offerte en 24/48hLivraison en 24/48h
  • Conditions de garantie légale étenduesConditions de garantie légale étendues
  • Paiement en 3 ou 4 foisPaiement en 3 ou 4 fois
  • 40j pour changer d'avis40j pour changer d'avis
  • Entreprise françaiseEntreprise française

Veuillez patienter...

Retour à la page « Ils parlent de nous »

Si le marché du smartphone neuf est en baisse (-5% selon Gfk) en 2019, ce n'est pas le cas du "reconditionné", le terme utilisé pour qualifier ces appareils qui entament une seconde vie après avoir été démontés et testés.

Toujours l'an dernier, il s'en est vendu 2,2 millions en France, ce qui marque une croissance de 4%. En valeur, le marché est estimé à 500 millions d'euros selon Recommerce, l'un des principaux vendeurs de smartphones reconditionnés en France avec 275 000 appareils vendus pour un chiffre d'affaires de 65 millions d'euros. Et, comme chaque année, Recommerce a commandé une étude auprès de Kantar pour brosser le portrait de l'acheteur lambda qui cherche un meilleur prix pour son smartphone. Celui-ci change.

Plus âgé et plus responsable

C'est l'un des enseignements du sondage réalisé auprès de 1000 personnes en janvier dernier : parmi les 12% d'entre elles qui veulent franchir le pas du reconditionné en 2019, toutes n'ont pas moins de 34 ans, la cible habituelle de ce genre d'appareils "La pratique progresse et les 55-65 ans sont de plus en plus nombreux à privilégier un achat de reconditionné, notamment pour des raisons écologiques, de recyclage et de réemploi", explique Patrick Richard, directeur commercial de Recommerce. En 2019, près de la moitié d'entre eux (48%) ont opté pour ce choix-là pour des raisons environnementales, le prix s'imposant comme le premier critère évidemment.

Circuits de distribution revus

Les difficultés de l'un des acteurs du marché, Remade en l'occurrence qui a fait faillite fin 2019, a rebattu les cartes côté distribution. Parmi les 26% des Français qui ont déjà acheté un smartphone d'occasion, 58% privilégient le circuit professionnel, contre les particuliers (22%). Et parmi ces professionnels, qui ont l'avantage de rassurer, les places de marché, les opérateurs et les sites spécialisés emportent la mise. Ce n'est pas le cas des commerçants classiques, dont les ventes ont plongé de 30 à 40% en volume, d'après Recommerce.

Magali Picard, LSA Conso - 12 févr. 2021